Une nouvelle page de votre vie se tourne. Vous avez enfin décidé de sauter le pas en mettant votre bien en vente. Bien sûr, vous espérez signer l’acte de vente le plus tôt possible.
Depuis une dizaine d’années, le marché de l’immobilier est beaucoup plus frileux. L’offre grandissante et l’accès facilité à l’information poussent l’acheteur à devenir de plus en plus exigeant. Pour ne pas rester avec votre logement sur les bras, il suffit de mettre en place quelques petites stratégies marketing et des principes de bon sens.

Faire le bilan de santé de votre logement

Lors d’une visite, la décision est prise dès les 2 premières minutes. Il ne faut donc faire l’impasse sur aucun détail. Alors, comment mettre toutes les chances de son côté pour vendre sa maison ?
Pour commencer, l’état de votre maison doit être impeccable. Des travaux à l’abandon ou en cours de réalisation envoient un très mauvais message. Si vous n’avez ni le temps, ni l’argent de vous en chargez vous-même, il faudra ajuster le prix au montant des réparations. Inspectez les toitures en quête d’une fuite. Pour plus de renseignements, cliquez sur le lien ici. Les problèmes d’humidité doivent être réglés en amont. Un papier peint qui se décolle et des moisissures sur les jointures sont rédhibitoires. Pour finir, établissez le diagnostic de bilan énergétique qui devra obligatoirement être remis lors de la signature du compromis.

Présentez votre intérieur sous son meilleur jour

C’est le moment ou jamais de faire le grand ménage. Rien ne doit traîner au sol ni sur le mobilier. Cela laisserait entendre que vous n’avez pas assez de place pour ranger vos affaires. Vous avez sûrement déjà entendu parler du home staging. Cette pratique, née dans les années 70, vise à améliorer le rendu visuel de vos espaces de vie sans vous ruiner. Pour se faire, dépersonnalisez votre décoration afin que les visiteurs puissent se projeter. Optimisez vos surfaces en désencombrant vos pièces de tous objets superflus. Et réaménager l’ensemble pour le remettre au goût du jour dans les tons clairs et neutres. Pour finir, créez une atmosphère chaleureuse et accueillante en disposant, ici et là, des éléments de décors (plaids, plantes, bougies, etc.).

La mise sur le marché

Dans l’idéal, nous vous conseillons de vous orienter vers un agent ou un coach immobilier. Il n’est pas toujours simple de s’y retrouver pour un particulier.
Si vous prenez l’initiative de vous y atteler vous-même, attention ! Prenez garde de ne pas tomber dans les erreurs typiques qui freinent les ventes. Soyez très vigilants aux photos qui illustrent vos annonces. N’hésitez pas à en mettre plusieurs pour que le futur acquéreur puisse se faire une idée de la propriété. Quant au texte de description, bannissez les envolées lyriques. Soyez clair et concis. Présentez les qualités de votre résidence et la proximité des services publics (écoles, transports, commerces, etc.). Évitez les superlatifs contre-productifs. Renseignez-vous sur les prix du marché en cours et estimez le vôtre à sa juste mesure. Votre attachement personnel ou vos futurs projets n’ont pas à rentrer en ligne de compte.

Quelle posture adopter lors de la visite

Votre attitude joue un rôle majeur lors de la rencontre. Vous êtes le maître des lieux, vous êtes censé maîtriser votre sujet sur le bout des doigts : superficie, diagnostic énergétique, taxes, etc. Anticipez les questions des visiteurs. Mettez en avant les atouts et proposez des solutions pour les points faibles, le cas échéant. Adaptez votre discours en fonction des besoins de votre interlocuteur. Vous comptez laisser en place des équipements, n’oubliez surtout pas de le dire. Les futurs locataires adorent économiser du temps et de l’argent. Et surtout, évitez de mentionner les causes de votre départ, surtout si elles sont liées des problèmes financiers. Les acheteurs flaireront que vous êtes pris à la gorge et n’hésiteront pas à négocier.