Pour déterminer l’efficacité de votre rénovation énergétique, les artisans qui effectuent vos travaux doivent calculer la résistance thermique finale de votre logement, en fonction de plusieurs critères.

Calculer la bonne résistance thermique

Pour déterminer la bonne performance d’un isolant et donc d’une pièce, on utilise un critère appelé résistance thermique, ou R. Ce critère permet de présumer de l’efficacité de l’isolation et plus la résistance thermique est élevée, moins il y aura d’énergie consommée dans la pièce. Depuis la mise en place de la RT 2012 pour les bâtiments à basse consommation, un seuil minimal de résistance thermique a été instauré pour tous les travaux de rénovation énergétique et tous les isolants disponibles sur le marché. Pour une isolation de la toiture et des combles par exemple, R doit être supérieur ou égal à 4.5 m2 K/W. On calcule cette donnée grâce à deux critères : l’épaisseur de l’isolant et sa conductivité thermique. Pour isoler sa maison, il est possible de faire appel à différentes entreprises à condition que les artisans respectent certains critères. Vous pouvez en savoir plus sur des sites comme lebon-eco-energie.fr.

L’épaisseur de l’isolant

La véritable formule de calcul de la résistance thermique est R = e / λ, « e » exprimant l’épaisseur de l’isolant et « λ » la conductivité thermique, ou lambda. L’épaisseur d’un isolant est particulièrement importante à conductivité égale et il est faux de dire que seuls les premiers centimètres sont efficaces lors de la mise en place d’une isolation. Pour être efficace, un bloc de granit devra être bien plus épais qu’une couche de laine de verre.

Vous ne devez pas vous baser uniquement sur l’épaisseur de l’isolant quand vous faites le choix du matériau à utiliser car ce critère seul n’a aucune valeur s’il n’est pas mis en corrélation avec la conductivité thermique. N’hésitez pas à demander des conseils à des artisans spécialisés.

La conductivité thermique de l’isolant

La conductivité thermique est la quantité de chaleur, exprimée en W/m.K, qui peut être transférée dans un matériau pendant une période de temps donnée. Pour que le matériau soit le plus isolant possible, il faut que la valeur λ soit la plus petite possible. Dans le cadre de l’isolation des combles ou d’autres pièces d’une maison, on essaiera de choisir le matériau le plus efficace.

Par défaut, le matériau isolant le plus proposé est la laine de verre qui possède un rapport qualité/prix presque imbattable. Mais de plus en plus de particuliers choisissent de se tourner vers des isolants écologiques. Leur conductivité thermique est moindre mais ils restent efficaces pour l’isolation d’un appartement ou des combles perdus d’une maison et ils ont l’avantage de réduire drastiquement l’empreinte écologique de leur bien immobilier. La laine de chanvre, laine de lin ou ouate de cellulose ont encore de beaux jours dans la rénovation énergétique.